Archives de catégorie : Voyages

Les endroits que je visite.

Mont du Lac-des-Cygnes et Rivière Comporté

On a commencé le weekend par l’ascension du Mont du Lac-des-Cygnes. Après avoir fait forcer le moteur du Westfalia pour se rendre jusqu’à la base du mont, qui est quand même à une bonne altitude, c’était à notre tour de forcer un peu et de faire plaisir à Nadia qui préfère les montagnes à la pêche.

mont_lac_des_cygnes_3
C’est là-haut qu’on s’en va, où il n’y a pas beaucoup de végétation.

Avec le sentier «autoroute» qui a été aménagé au cours des dernières années, c’est rendu plutôt facile de monter jusqu’au sommet. Mais facile ou pas, la vue en vaut vraiment la peine.

mont_lac_des_cygnes_1
La vue est assez impressionnante une fois au sommet.
mont_lac_des_cygnes_2
C’est aussi impressionnant de regarder vers les autres montagnes autour que vers le fleuve.

Après la descente, que j’ai faite à la course, nous sommes partis nous installer au Camping Chutes Fraser pour la nuit. C’est un très grand terrain de camping avec une rivière qui le traverse. Et dans la Rivière Comporté il y a les magnifiques Chutes Fraser qui sont au milieu du terrain de camping. On a passé le reste de la journée à faire des activités au camping, dont beaucoup de vélo. Et la journée s’est évidemment terminée par un feu.

Très tôt le lendemain matin, nous sommes partis à pied avec notre équipement de pêche et avons commencé à descendre la rivière à partir du bas des chutes Fraser.

riviere_comporte_1
Une belle rivière avec de belles fosses dans lesquelles il doit y avoir des truites durant la saison.
riviere_comporte_2
On prend une pause sur une roche, c’est quand même fatiguant la marche en rivière avec de l’eau jusqu’aux genoux.
riviere_comporte_4
Un autre des beaux endroits où pêcher le long de cette rivière.

On était en septembre, il était clairement trop tard dans la saison pour la pêche, mais on a croisé un autre pêcheur en avant-midi, qui nous a confirmé qu’on pouvait prendre des belles truites indigènes au début de l’été. Il faudra revenir…

L’Isle-aux-Grues de long en large

Ça faisait longtemps que Nadia voulait aller à l’Isle-aux-Grues, qu’elle connaissait à cause de la fromagerie du même nom. Comme l’horaire du traversier était propice pour aller y passer une soirée de weekend, on s’est dirigé vers le quai de Montmagny.

isle_aux_grue_7
Attente sur le quai de Montmagny, le temps que le traversier fasse un aller-retour.

Malheureusement, pour le départ qu’on voulait prendre, le bateau était déjà complet à notre arrivée, alors on a dû attendre le voyage suivant. Pendant le temps d’attente, je suis allé chercher mes grands-parents Couillard qui habitent tout près du quai. Comme ils ne savaient pas qu’on allait à l’île, ils ont été plutôt surpris de me voir arriver à Montmagny seul et en vélo!

isle_aux_grue_6
Le Westfalia sur le bateau à travers les autres véhicules et tracteurs.

On l’ignorait en embarquant sur le bateau, mais c’était le jour d’un concours de pêche à l’île! Malheureusement on allait arriver à quai trop tard pour participer, mais juste à temps pour se rendre à l’Auberge des Dunes et voir les prises gagnantes.

isle_aux_grue_4
Le fleuve est plutôt calme; les jours de grand vent il peut y avoir beaucoup plus de vagues.

En arrivant à l’île on s’est rendu à L’Auberge des Dunes où mon père a retrouvé son ami Florian Lebel, avec qui il a longtemps travaillé sur une autre île du même archipel. Il nous a montré un gros esturgeon (d’environ 4 pieds) pêché par son frère, de même que quelques grosses barbottes. Ils sont sympatiques les insulaires!

De tous les terrains de camping que j’ai vus jusqu’à maintenant, celui de l’Isle-aux-Grues est celui qui a le moins de règlements! Il n’y a personne quand on arrive, on prend le terrain qu’on veut : premier arrivé, premier à choisir; quelqu’un passe plus tard dans la soirée pour ramasser l’argent. Argent comptant seulement, il va sans dire…

isle_aux_grue_3
Notre site au camping qui est occupé à environ 25 %.

Notre Westfalia a l’air près du chemin sur la photo, mais c’est un chemin qui ne va nulle part, et juste un VTT est passé pendant qu’on était là… Il y a juste une bâtisse plus loin dans le chemin, et il se termine juste après. Fait cocasse, tous les chemins ou rues de l’île sont des culs-de-sac!

isle_aux_grue_5
Très beau coucher de soleil que Nadia a capturé du haut d’une tour près du camping.

Le matin suivant, on est allé porter le Westfalia dans la file sur le quai, pour être certains d’avoir une place sur le traversier pour le retour, et on s’est promené en vélo pour le reste de notre séjour sur l’île.

Après avoir fait le tour des sentiers de la Pointe-aux-Pins, on s’est rendu complètement à l’extrémité ouest de l’île pour pêcher un peu au fleuve.

isle_aux_grue_1
Une fois rendu au bout du sentier de la Pointe-aux-Pins, on a poursuivi sur les battures jusqu’au bout de l’Île.

Le fleuve était exceptionnellement calme et il n’y avait presque pas de vent. Ça a été une belle occasion pour se pratiquer à lancer la ligne avec les grosses pesées très loin.

isle_aux_grue_2
Sur les roches, complètement au bout ouest de l’Isle-aux-Grues.

C’était très agréable d’être là, même sans prise à combattre. L’environnement ressemble beaucoup à celui de l’Île-d’Orléans où je vais souvent pêcher. Par contre, il n’y a pas d’accès à de l’eau profonde directement de l’ile, et le quai ne se prête pas vraiment à la pêche. Ça doit être pour cette raison que presque tous les insulaires ont un bateau de pêche…

Parc national du Bic et réserve faunique de Rimouski

J’étais déjà arrêté au poste d’accueil du parc national du Bic en revenant d’un tour de Gaspésie, mais je n’étais jamais entré dans le parc en soi. C’est un assez grand parc finalement, et c’est très agréable de le parcourir en vélo.

La première chose qu’on remarque en arrivant au site de camping du parc, c’est que les terrains sont grands et les voisins sont loin. Et ça, on aime bien…

parc_bic_camping
Grand terrain sans voisin proche…

Comme les adultes ne sont pas intéressés par les hot dogs, je m’arrange seul avec mon souper.

parc_bic_souper
J’adore cuisiner sur un feu en camping!

Ce qui est le plus intéressant pour moi au parc du Bic, c’est la proximité de l’eau. Le fleuve ressemble plutôt à la mer rendu ici, et j’ai passé le plus gros de mon temps dans le parc à contempler le large.

parc_bic_fleuve
Pas de phoque en vue…

Mon père a son vieil ami Malcom qui habite le village du Bic; on a profité de notre passage pour aller rendre visite à sa famille. Son fils Cormac m’a fait visiter les alentours et la ferme voisine. On a eu bien du plaisir à jouer avec son gros chien Kaboum et à faire de la musique dans la cave!

En quittant le parc national du Bic, on s’est rendu à la réserve faunique de Rimouski qui est quand même assez loin de Rimouski. On a parcouru 86 km de routes de terre pour se rendre à notre secteur de pêche. C’est là qu’on s’est rendu compte que le hayon du Westfalia n’était pas étanche, comme on a amassé un voyage de sable sur le coussin arrière pendant le trajet.

Les mouches de toutes sortes en moins, notre secteur de pêche était magnifique! Une petite rivière au fin fond du bois, avec une eau cristalline et juste un bon débit. On l’a suivie pendant quelques centaines de mètres, le temps de trouver une configuration qui nous paraissait propice à la pêche. À cet endroit, un petit ruisseau se jetait dans la rivière, et un arbre tombé dans l’eau offrait de l’ombre et une cachette aux poissons.

reserve_rimouski_1
L’endroit qu’on a choisi pour pêcher à la mouche.

On avait vu juste; dès qu’on a laissé dériver une mouche vers cet endroit, les petites truites se sont mises à mordre. On en a attrapé une bonne vingtaine durant le temps qu’on a passé là, mais on les a toutes remises à l’eau.

reserve_rimouski_2
Des petites truites très vigoureuses, toutes remises à l’eau.

Parc de la rivière Batiscan

Ça faisait longtemps qu’on se promettait d’inviter mon ami Renaud en camping en Westfalia avec nous, et on a finalement réussi à coordonner l’événement avec ses parents.

batiscan_depart
Départ de Saint-Augustin, en route pour le Parc de la rivière Batiscan.

La destination choisie pour le weekend est la rivière Batiscan, endroit où on peut pêcher, comme Renaud est aussi un pêcheur.

Arrivés au camping du Parc de la rivière Batiscan, on choisit de tous descendre du Westfalia pour chercher notre site à pied, les terrains n’étant pas très bien identifiés… Nous avons finalement trouvé notre site, qui est immense, et nous nous installons.

batiscan_installation
On vide le Westfalia et on installe l’équipement sur le terrain.

Voici le campeur qui a l’air petit au milieu du site…

batiscan_westfalia
Notre emplacement une fois le Westfalia prêt pour la nuit.

À l’entrée du camping, il y a une affiche qui montre toutes les espèces de poissons qu’on peut s’attendre de trouver dans la rivière Batiscan. C’est plutôt prometteur… En après-midi, on suit la rivière pour se rendre en amont du barrage hydro-électrique, pour pêcher un peu. Il était peut-être un peu trop tard dans la journée, nous n’avons rien pris. On a donc décidé de se lever très tôt le lendemain, pour être sur le bord de la rivière à l’aube.

batiscan_peche
Grand bassin dans la rivière Batiscan, juste en haut du barrage hydro-électrique.

En soirée, comme il y a apparence de pluie, on se fait un cinéma-campeur. Au programme : Chappie.

batiscan_cinema_campeur
Comme il pleut un peu, on a le droit au cinema-campeur. Chappie au programme…

Et en camping, ça prend du Jiffy-Pop… Même un peu brûlé, c’est bon quand même!

batiscan_jiffy_pop
Collation de fin de soirée au camping, du Jiffy Pop cuit sur le feu!

Au réveil, catastrophe! Une bête quelconque (moufette ou raton…) a complètement mangé nos 40 gros vers, avec un peu de styromousse en accompagnement. Le plat était dans notre panier de pêche, sous le campeur, mais visiblement pas assez bien protégé. Comme il n’y avait rien d’ouvert à cette heure, nous avons décidé de pêcher avec des appâts synthétiques.

On a eu quelques touches, mais rien pris comme la veille. C’était très venteux et froid, alors on est restés juste une heure.

On aurait bien aimé essayer la Via Ferrata du Parc de la rivière Batiscan, mais il faut réserver longtemps d’avance, et c’était complet pour la fin de semaine. Une prochaine fois…

Sur le chemin du retour, insatisfaits de notre weekend de pêche, on s’est arrêtés à Sainte-Anne-de-la-Pérade, pour tenter notre chance dans la rivière Sainte-Anne. Nous avons pêché environ une heure, sans plus de succès…

renaud_riviere_ste_anne
Près d’un camping sur le bord de la rivière à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Truites en papillote, Sly Gilbert’s cookin’ style

La veille de notre départ pour l’Île d’Orléans, on a rendu visite à Sylvain et Geneviève, revenus il n’y a pas si longtemps, d’une tournée de l’ouest américain en faux VR.

Sylvain m’a expliqué en détail la technique qu’il a utilisée pour cuire des papillotes en Californie, un savant étagement de papier, de charbon et de bois. Édouard et moi avons donc décidé de répliquer la technique pour cuire les truites pêchées à notre arrivée à l’île. Grille débrouillard-50 par papa, papillotes truites et légumes par Nadia.

Les explications en images…

feu_briquettes
On place quelques feuilles de journal sous notre première couche de briquettes pour absorber l’humidité du sol.
feu_papier
Sur les briquettes, on fait un étage de boules de papier, pour aider à allumer le bois qui va être au dessus.
feu_bois
On devait n’y mettre que du petit bois, mais elles sont tellement sèches qu’on décide de mettre aussi quelques bûches qui vont brûler très vite.
feu_papillottes
Après 15-20 minutes, on a une bonne source de chaleur constante de tisons de bois et des briquettes bien allumées pour cuire nos papillotes.

Île d’Orléans avec mon ami Édouard

C’était la première fois que mon ami Édouard faisait du camping en Westfalia, alors pendant les premiers kilomètres je lui ai expliqué où sont tous les trucs, comment ouvrir les compartiments et déplacer le mobilier, et comment monter dans notre lit une fois que le toit est levé.

westfalia_depart
Quand on roule on est assis dans le salon-cuisine-chambre à l’arrière…

Après être allés réserver notre site (113) au camping à Saint-François, on est allés de l’autre côté de l’île à Sainte-Famille pêcher quelques truites pour le souper, à la ferme de Richard Boily.

truites_peche
Le bassin de pêche n’est pas très grand, et il y a des gens partout autour.

Il faisait très chaud, et les truites n’avaient pas assez faim pour se laisser prendre par les vers ou les grains de maïs. Ce qui donnait les meilleurs résultats, c’était de faire sauter le bout de la ligne juste à la surface de l’eau pour imiter la moulée qui tombe en poignées… À ce moment, il y en a plusieurs qui venaient voir. On a triché un peu en laissant tomber des pincées de moulée autour de nos hameçons, et on a finalement réussi à en sortir quatre.

truites_curieuses
On les voit qui s’approchent quand je fais sauter mon ver à la surface…

Pour la cuisson des truites, c’est raconté dans un autre article.

Après le dîner et un peu de baignade, on s’est rendus au quai pour pêcher. La pêche à l’esturgeon, Ce n’est pas une pêche très active. On lance la ligne très loin, on laisse descendre la pesée et les appâts au fond, on tend la ligne, et on attend…

quai_saint_francois
Sur le bout du quai de St-François, pêchant l’esturgeon.

Ça a peut-être mordu quelques fois, mais on n’a rien attrapé pendant nos deux heures de pêche.

La noirceur venue, on s’est transformés en artificiers! En surprise, mon père avait apporté un ensemble de feux. On est allés sur le bord du fleuve, loin du camping et où il n’y a pas de maison ou chalet, pour les installer et les lancer.

feux_garcons_contents
Ce n’était plus vraiment une surprise, mais on était plutôt impressionnés de voir la boîte. Elle était scellée dans un sac noir, pour pouvoir circuler en douce sur le camping… 😉
feux_installation
On creuse des trous dans la plage pour les enfouir partiellement. Sur chacun est écrit à quelle profondeur il doit être enfoui.
feux_flammeches
Le seul qu’on ait réussi à capter correctement, des flammèches blanches au sol…

Dimanche avant-midi, on est retournés pêcher au quai, alors que la marée commençait juste à monter. Il y a avait beaucoup de courant dans le fleuve et pas beaucoup de pêcheurs. En fait deux, qui sont tour à tour partis dans les quinze minutes suivantes. Le dernier à partir, le vieux monsieur habillé en capitaine qui habite le chalet juste au coin du quai, nous a dit de lancer nos lignes où il était si on voulait attraper quelque chose, et c’est ce qu’on a fait.

Après environ une heure de pêche, j’ai senti un gros coup sur ma canne, et ensuite plus rien… J’ai alors entrepris de ramener mon fil pour vérifier si j’avais encore des appâts à mes hameçons. C’était tellement difficile que je croyais être pris au fond. Mon père est venu en renfort, et lui pensait qu’on ramenait une grosse branche d’arbre. Sauf qu’à un moment, on a réalisé que ma ligne se promenait lentement de gauche à droite et vice-versa. Il y avait clairement quelque chose de gros au bout de la ligne qui se promenait au fond de l’eau…

J’ai donc continué à difficilement ramener ma ligne, et soudain, on l’a vu apparaître à la surface, un magnifique esturgeon jaune!

esturgeon_surface
J’ai finalement été capable de ramener assez de fil pour qu’on voie l’esturgeon qu’il y a au bout.

Mais il fallait d’abord le sortir de l’eau pour le mesurer, et pas question de le faire avec la canne, trop lourd… Édouard a du retourner au terrain de camping chercher le filet qu’on avait laissé là, et ensuite mon père est descendu par une des échelles du quai pour aller le chercher à la surface de l’eau trois ou quatre mètres plus bas.

esturgeon_filet
On a dû descendre dans une échelle pour le chercher, comme il était beaucoup trop lourd pour le remonter avec ma canne.

Une fois dépris du filet on a réalisé qu’il lui manquait trois pouces pour pouvoir le conserver. Mais ça reste ma plus grosse prise à vie, toutes espèces confondues, et j’en suis très fier!

esturgeon_mesure
Un des curieux avec nous quand on l’a remonté l’a mesuré et re-mesuré, pour s’assurer qu’on ne pouvait pas le garder.

Il y avait beaucoup de curieux impressionnés sur le quai, et on s’est fait prendre en photo par plein de gens qu’on ne connaît pas, comme des rockstars… 🙂

esturgeon_vedettes
Plein de gens sur le quai sont venus voir de plus près ce que j’avais attrapé.

Tadoussac en Westfalia

tadoussac_traversier
J’ai manqué la croisière à l’aller! Je dormais paisiblement dans le Westfalia qu’on voit au fond…

Ça faisait longtemps que c’était planifié par Nadia, son amie Rachel et ses parents (Benoît et Francine), qu’on passe une fin de semaine à Tadoussac avec nos Westfalia respectifs.

tadoussac_westfalia
On a un terrain avec vue sur le fleuve. On voit aussi le Westfalia de Benoît en arrière.

Le Camping Tadoussac est en haut d’une falaise d’où on voit très bien le fleuve et la baie.

baie_tadoussac
La vue qu’on a de notre camping en haut de la falaise.
tadoussac_equipage
L’équipage de notre Westfalia.

En fin de journée, lorsque le soleil se couche, les couleurs dans le fjord sont parfois assez impressionnantes…

tadoussac_couleurs
Assez impressionnant avec la brume.

Côté poisson, comme la plupart des rivières qui se jettent dans le fleuve dans cette section de la côte sont des rivières à saumon controlées, c’était plus simple d’aller pêcher au fleuve, à partir d’un quai. Celui de Tadoussac, dans la baie du même nom, est parfait pour ça, lorsqu’il n’y a pas trop de bateaux à quai. C’est ce qu’on a fait, mon père, Benoît et moi samedi matin.

peche_tadoussac
Il ne fait vraiment pas très beau à Tadoussac samedi matin, mais ce n’est pas ça qui va m’empêcher de pêcher!

Ça m’a pris environ une heure pour capturer une grosse morue, assez grosse pour rendre les autres pêcheurs sur le quai jaloux… Et assez étrangement, en décrochant l’hameçon, on a remarqué qu’elle venait de manger un petit poisson qui ressemblait beaucoup à mon Gulp!®, j’avais donc choisi le bon appât!

morue_tadoussac
La morue que j’ai pêchée sur le quai de Tadoussac.
morue_en_filets
C’est beaucoup plus compliqué à arranger qu’une truite.

Qui dit Tadoussac dit évidemment baleines. On s’est rendus à Grandes-Bergeronnes pour faire une excursion de deux heures en zodiac de douze passagers. Notre capitaine nous a confirmé en revenant au quai que nous avions été très chanceux, parce que à part des bélugas, nous avons vu tout ce qu’il y avait à voir dans le secteur (baleine à bosse, rorqual commun, grand rorqual, marsouins…). Mais trop de vent, d’eau et de risque pour des photos…


westfalia_baie_saint_paul
J’ai même conduit un grand bout sur le chemin du retour!

Au retour, on a décidé d’étirer le voyage d’une nuitée, et on est arrêtés en chemin au camping Le Genévrier à Baie-Saint-Paul. Juste à côté du terrain. il y a La Laiterie Charlevoix et son économusée du fromage. Il y a même un sentier qui communique entre les deux par le bois, je suis donc allé faire un petit tour de tracteur.

tracteur_farmall_200
J’ai aussi conduit un vieux tracteur à l’économusée du fromage.
tuque_pour_dormir
Il fait froid à Baie-Saint-Paul, assez pour emprunter une tuque à Nadia pour dormir…

Lac Wapizagonke, Parc National de la Mauricie

Je revenais de Morin Heights avec ma mère et Steve, alors on a rejoint papa et Nadia à Sainte-Anne-de-la-Pérade sur le bord de la 40, pour que j’embarque avec eux jusqu’en haut de Shawinigan au Camping du Parc, à environ vingt minutes de route de l’entrée Saint-Mathieu du Parc National de la Mauricie.

On s’est choisi un beau terrain avec le tour boisé, mais surtout, parfaitement au niveau! Ce n’est pas la force de tous les terrains de camping…

terrain_camping_parc
Notre terrain au Camping du Parc.
mauricie_vaisselle
Des tâches pour tout le monde en camping… Ici, j’aide pour la vaisselle du souper.

En arrivant dans le stationnement de l’accueil du parc le lendemain matin, on a appris que le Lac Wapizagonke venait d’être fermé pour la pêche pour le reste de l’été… 🙁 Pour la plupart des autres lacs, il faut avoir son canot monté sur un véhicule pour s’y rendre, et ensuite faire un peu de portage. Nous on était dépendants du canot loué sur le bord du Wapizagonke, sans pouvoir le transporter en véhicule… Mais on s’est fait dire par Michel, ex-biologiste en chef de Parcs Canada pour le parc, maintenant pêcheur, qu’on pouvait se rendre au lac Avalon par un sentier de portage qu’on serait probablement capable de faire, et qu’en fait c’était pas mal notre seule possibilité de pêcher…

Pour pouvoir pêcher dans un des lacs du Parc de la Mauricie, il faut d’abord gagner au tirage au sort le matin, et ensuite choisir dans quel lac on veut pêcher en fonction du nombre de places restantes par lac. On s’est donc présentés pour le tirage à sept heures. Mon numéro est sorti en deuxième, et on a choisi deux des trois places disponibles du lac Avalon. On s’est loué un canot léger (on voit presque à travers, peu rassurant…), et on a traversé deux des quatre bassins du Wapizagonke pour se rendre jusqu’à l’entrée du portage pour le lac Avalon…

canot_wapizagonke
Dans notre canot léger, dans le petit passage entre les deuxième et troisième bassins du majestueux Wapizagonke.
lac_wapizagonke_3
On était les premiers dans le lac, qui était plutôt calme… À l’entrée du bassin numéro trois.

Entre le troisième et le quatrième bassin, il faut passer par un long ruisseau dans lequel il n’y a pas toujours assez d’eau. On a donc dû débarquer et tirer le canot à pied sur quelques mètres. En se faisant, on a croisé des canards pas du tout sympathiques, dont un qui m’a attaqué en essayant de me pincer une cheville avec son bec. J’en ai même vu un autre attraper et manger une grenouille vivante d’une bouchée!

canards_wapizagonke
Canard peu sympathique.

Nous n’avons pas vu la pancarte de l’entrée du portage pour le lac Avalon avant d’atteindre le bout du quatrième bassin. C’est seulement au retour que nous l’avons remarquée… La vue du début du sentier de portage nous a un peu refroidis. Ça commençait par une montée plutôt abrupte qui nous a découragés. Avec notre équipement de pêche et le canot, on aurait dû faire deux voyages pour se rendre au lac, et deux autres pour revenir du lac, sur 1,2 km…

carte_mauricie
On voit ce qu’on a parcouru en canot, et où se trouve le Lac Avalon par rapport au Lac Wapizagonke.

Donc ça s’est résumé à quatre heures de canot, sans pêche, mais on a eu bien du plaisir quand même…

En fin de journée, à notre camping sur la pointe de l’Île Melville dans la rivière Saint-Maurice en plein coeur de Shawinigan, j’ai eu un prix de consolation avec un achigan à petite bouche très combatif…

achigan_petite_bouche
Un bel achigan à petite bouche, capturé dans la Rivière Saint-Maurice à Shawinigan.

La rivière est quand même assez large, très profonde par endroits, et on n’était pas très loin du fleuve, donc je ne savais pas trop quel genre de poisson je pouvais capturer là.

ile_melville_shawinigan
On occupait un des derniers terrains du bout de la presqu’île, et j’ai attrapé mon achigan où pointe la flèche.

Des grottes à La Pocatière…

En revenant d’une nuit de camping à Rivière-Ouelle, on est arrêtés au Collège de Sainte-Anne-de-La-Pocatière pour prendre une petite marche dans les sentiers de la montagne à côté. Évidemment, quand j’ai vu des indications pour aller dans le secteur des grottes, j’ai tout de suite insisté pour qu’on y aille!

grottes_lapocatiere
Il y a vraiment beaucoup de crevasses dans lesquelles se faufiler.

Certaines sont très impressionnantes à cause de la profondeur qu’elles ont, d’autres à cause de la grosseur des pierres en suspension. Ce n’est pas un endroit où on veut se trouver s’il y a un tremblement de terre…

grottes_lapocatiere_2
C’est très sombre à l’intérieur de celle-ci.

En suivant une des grottes, je suis ressorti de l’ombre plusieurs mètres plus loin, sur une immense plateforme qui n’est accessible de nulle part ailleurs.

grotte_profonde
Par cette crevasse, on peut pratiquement passer à travers le sommet de la montagne!

J’ai regretté d’avoir laissé ma lampe frontale dans le Westfalia…

 

Camping à La Malbaie

Comme premier voyage avec le Westfalia de Nadia, on a choisi involontairement une destination avec beaucoup de côtes, surtout quand on passe par Les Éboulements et la route 362. On termine certaines ascensions à 40 km/h, comme les camions semi-remorques pleins de billots, mais on fait l’aller-retour sans embûche. Il a quand même fière allure pour un véhicule de plus de trois fois mon âge… Il a 28 ans, c’est un 1987.

westfalia_la_malbaie
Le Westfalia sur notre terrain, vraiment sur le bord de la rivière.

On a beaucoup de petites tâches à faire sur le campeur comme c’est son premier voyage. Je participe surtout pour la nourriture. Je me suis même chargé de la préparation d’un repas complet: hot dogs pour tous!

hot_dogs
Ça ne goûte pas pareil les hot-dogs en camping… C’est bien meilleur!
westfalia_cuisine
On m’a confié la coupe des tomates pour la salade, et je prends ça très au sérieux.

La rivière Malbaie est très belle, mais c’est une rivière à saumon, alors on n’y pêche pas comme on veut. On s’est quand même promenés dedans avec nos waders, comme le niveau était relativement bas.

malbaie_riviiere
Pas très profonde la rivière Malbaie, mais un fort débit et beaucoup de courant.

Le veau de la fermette était trop craintif ou paresseux pour venir à la clôture pour que je le flatte. Alors j’ai profité d’un moment sans campeur autour pour entrer dans son enclos…

malbaie_veau
Le veau de la fermette du camping.