parc_du_bic

Parc national du Bic et réserve faunique de Rimouski

J’étais déjà arrêté au poste d’accueil du parc national du Bic en revenant d’un tour de Gaspésie, mais je n’étais jamais entré dans le parc en soi. C’est un assez grand parc finalement, et c’est très agréable de le parcourir en vélo.

La première chose qu’on remarque en arrivant au site de camping du parc, c’est que les terrains sont grands et les voisins sont loin. Et ça, on aime bien…

parc_bic_camping
Grand terrain sans voisin proche…

Comme les adultes ne sont pas intéressés par les hot dogs, je m’arrange seul avec mon souper.

parc_bic_souper
J’adore cuisiner sur un feu en camping!

Ce qui est le plus intéressant pour moi au parc du Bic, c’est la proximité de l’eau. Le fleuve ressemble plutôt à la mer rendu ici, et j’ai passé le plus gros de mon temps dans le parc à contempler le large.

parc_bic_fleuve
Pas de phoque en vue…

Mon père a son vieil ami Malcom qui habite le village du Bic; on a profité de notre passage pour aller rendre visite à sa famille. Son fils Cormac m’a fait visiter les alentours et la ferme voisine. On a eu bien du plaisir à jouer avec son gros chien Kaboum et à faire de la musique dans la cave!

En quittant le parc national du Bic, on s’est rendu à la réserve faunique de Rimouski qui est quand même assez loin de Rimouski. On a parcouru 86 km de routes de terre pour se rendre à notre secteur de pêche. C’est là qu’on s’est rendu compte que le hayon du Westfalia n’était pas étanche, comme on a amassé un voyage de sable sur le coussin arrière pendant le trajet.

Les mouches de toutes sortes en moins, notre secteur de pêche était magnifique! Une petite rivière au fin fond du bois, avec une eau cristalline et juste un bon débit. On l’a suivie pendant quelques centaines de mètres, le temps de trouver une configuration qui nous paraissait propice à la pêche. À cet endroit, un petit ruisseau se jetait dans la rivière, et un arbre tombé dans l’eau offrait de l’ombre et une cachette aux poissons.

reserve_rimouski_1
L’endroit qu’on a choisi pour pêcher à la mouche.

On avait vu juste; dès qu’on a laissé dériver une mouche vers cet endroit, les petites truites se sont mises à mordre. On en a attrapé une bonne vingtaine durant le temps qu’on a passé là, mais on les a toutes remises à l’eau.

reserve_rimouski_2
Des petites truites très vigoureuses, toutes remises à l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.