Le Ciel! Bistro-bar tournant

Ça faisait longtemps qu’on se promettait d’aller manger au Ciel!, c’est finalement fait! Excellente idée de cadeau de mes grands-parents Couillard. Merci!

Eh non, si vous le regardez de la rue en bas, même très longtemps, vous ne verrez absolument rien tourner… Ce n’est pas toute la section ronde du dessus de la bâtisse qui tourne, mais juste une partie du plancher (en forme de beigne) à l’intérieur de cette partie ronde. Sinon ça serait très compliqué pour le puit d’ascenseur au milieu de la bâtisse… Ce qui est un peu compliqué quand même, c’est de trouver où est rendue la salle-de-bain, au milieu qui ne tourne pas, au moment où on a envie.

Donc on passe d’une fenêtre à l’autre tranquilement, et on fait légèrement plus de 360° de rotation en environ 1 h 30 m. Les premières minutes sont particulières. Le temps que notre cerveau s’habitue à ce qui se passe, on éprouve de légers vertiges quand notre regard passe de l’intérieur vers l’extérieur, et vice-versa.

ciel_1
Alors qu’on avait une vue sur la ville.

On a pensé faire un coup à nos voisins et baisser les stores de toutes les fenêtres juste avant qu’elles arrivent à leur table 2-3 mètres plus loin, mais Nadia ne voulait pas… 😉

J’ai mangé comme un roi! Tartare de saumon en entrée (je peux difficilement passer à côté quand c’est au menu) et cannelloni au canard en plat principal. Le tout était très bon et très bien présenté.

ciel_2
Mon (mega) cannelloni au canard.

On a été chanceux, le sympathique chef David Forbes était présent, et il a pris le temps de venir jaser à notre table, comme Nadia et mon père le connaissent bien. Ça nous a permis d’apprendre que sa cuisine est 29 étages plus bas que l’endroit où l’on mange! C’est là qu’il fait ses expériences pour les nouveaux plats à venir au menu, et que le gros de la nourriture est préparé. Dans la petite cuisine en haut, ils finalisent la présentation des assiettes avant de les passer aux «suiteurs» (le mot n’existe pas vraiment en français, mais c’est le terme qu’on utilise couramment en restauration pour désigner la personne qui apporte les plats à la table lorsque ce n’est pas la personne qui a pris la commande (le serveur) qui le fait).

Pêche blanche à Lac-Beauport

On ne savait pas qu’il y avait une pisciculture ouverte l’hiver dans la région de Québec. Celles que nous fréquentons habituellement l’été (la Pisciculture Bernières sur la Rive-Sud, la Pisciculture Noël à Valcartier, et la Ferme Piscicole Richard Boily à Sainte-Famille) ferment toutes à l’automne. C’est par hasard que nous avons découvert que la Pourvoirie du Lac-Beauport est ouverte pour la pêche blanche. Et quelques jours plus tard, on y était, évidemment.

peche_lac_beauport
Pas mon outil de pêche préféré la brimbale…

On a choisi une des journées les plus froides de l’hiver pour y aller (-26° C). Mais comme leur étang de pêche est entouré de connifères et à l’abri du vent, et qu’il n’y avait aucun nuage dans le ciel, c’était quand même confortable en bougeant un peu pour se réchauffer.

Les truites étaient assez affamées pour se laisser tenter par des grains de maïs. C’était la première fois que je pêchais avec autre chose que des vers ou des mouches comme appât. Ça m’a pris une vingtaine de minutes pour en sortir quatre de l’étang.

truite_lac_beauport
Une des 4 truites pêchées.

Il y en a une que j’ai échapée, mais Mario notre guide n’a pas hésité une seconde à se plonger la main dans l’eau glaciale pour la récupérer avant qu’elle ne retourne sous la glace! Moi je l’aurais laissé partir…

truite_lac_beauport_2
4 belles prises…

Avec deux de nos prises, on a essayé cette recette de bouchées tempura fondantes à la truite et au fromage. Délicieuses les bouchées, on va certainement les refaire!